Étude de cas d’une acquisition

Acquisition d’une compagnie qui fabrique des pièces et des dispositifs pour des aéronefs militaires, et en effectue l’entretien. La compagnie exploite également un circuit de distribution de pièces, et elle possède un surplus très important de pièces en stock. 

Le défi

Bien qu’elle soit généralement rentable, l’entreprise n’a pas tiré le maximum de ses points forts. La banque d’affaires, qui sera propriétaire de 70 % des stocks une fois la recapitalisation terminée, prévoit procéder à la vente stratégique des stocks dont le ratio de rotation est faible, afin de se concentrer sur les pièces dont le ratio de rotation est plus constant et ainsi utiliser son capital plus efficacement. De plus, les nouveaux propriétaires mettront davantage l’accent, comme centre de profit, sur le secteur de la fabrication de pièces à valeur ajoutée. Le produit de la vente des surplus de pièces servira à financer le remboursement du prêt consenti par le vendeur, et fournira le capital nécessaire pour étendre les activités de fabrication de pièces à valeur ajoutée. 

La solution

Les facilités d’emprunt consenties par Accord (affacturage, accord de crédit renouvelable sur les stocks et prêt à terme reposant sur le matériel et l’équipement), associées à une nouvelle hypothèque immobilière (accordée par une institution bancaire locale), ont procuré la totalité des fonds nécessaires pour rembourser le prêteur actuel et pour financer au complet le paiement aux propriétaires actuels à la signature, (50 % du prix d’achat total, le solde prenant la forme de prêts à long terme consentis par le vendeur et d’autres paiements). La transaction portait sur les comptes débiteurs du gouvernement américain et étrangers, ainsi que sur une avance reposant sur les surplus de stocks, à un taux inférieur.